François combe, une politique des villages

De Wikithionville
Aller à : navigation, rechercher


Combes.jpg


François Combe a vécu la fin de la sidérurgie Lorraine en particulier sur les bassins de Thionville, de la Fensch et de l’Orne. Après 24 ans passés au service informatique de Sollac et d’Unimétal où il était chargé de l’informatisation du groupe, des bureaux aux lignes de production, il savait que sa venue dans un service signifiait des licenciements mais il a assisté en tant que délégué du personnel à un manque de réaction au changement : pourtant, l’installation d’un écran dans un service engendrait en général le licenciement de trois personnes.

François Combe a quitté Sollac en 1987 pour créer sa propre entreprise, Adhésif System. L’entreprise était spécialisée dans la découpe d’adhésif servant à décorer des véhicules, des vitrines, des panneaux, des caissons lumineux ou encore de la signalétique. Elle comptera jusqu'à quinze salariés. Chez adhésif-système tout le monde gagnait le même salaire. Presque arrivé au terme de sa carrière, François Combe vendra son entreprise à la société Signalest qui faisait partie du groupe Girod-Lacroix.

Aujourd’hui il est Adjoint au Maire de Thionville en charge des huit villages faisant partie de Thionville. En 1967, deux villages ont fusionné avec Thionville : Veymerange et Elange. En 1970, six autres villages font de même : Garche, Koeking, Oeutrange, Volkrange, Beuvange, Metzange.

A cette époque, François habitait déjà à Garche, il y était arrivé en 1957. Auparavant il vivait avec ses sept frères et sa sœur, la petite dernière, dans la cité Oury-Sud, un quartier populaire à cheval entre les communes de Fameck et Florange. François était l’ainé et jamais le dernier à participer aux bagarres autour du garage Camisan, entre les enfants de la cité et ceux de Florange-Centre.

A Garche, la famille Combe s’installe dans une vieille ferme au centre du village, une grande maison avec un potager et une vraie basse-cour : des canards de barbarie, des poules, des coqs, des lapins et même tous les ans deux cochons.

Dans les années cinquante, le pays était en pleine reconstruction : le maire de Garche avait mis des terrains à disposition d’un groupement coopératif, les Castors. Ces cinquante-trois maisons sont toujours à l’entrée du village.


Garche.jpgGarche3.jpgGarche1.jpg


Les travaux étaient collectifs et une fois finies les maisons furent tirées au sort. C’était la condition pour que tout le monde participe au même niveau d’engagement à la construction de chaque maison. Les nouveaux habitants n’étaient pas du village et leur intégration à Garche a été assez laborieuse, d’un côté les Castors et de l’autre les anciens de Garche.

Les différences se sont comblées peu à peu et c’est même des Castors que sont venus les gens qui ont participé à la vie active du village : Bruno Magini a présidé pendant 43 ans le club de football, l’Espérance Sportive de Garche, secondé par un autre habitant des Castors, Etienne Zawadzki. Ensemble, ils ont crée le comité des fêtes de Garche - Koeking.

A leur mort, les habitants ont souhaité que le stade de Garche porte leur nom en souvenir de leur engagement au service du village. Le Maire de la précédente municipalité a refusé.

garche2.jpg
Garche
koeking


Veymerange
Elange
1977:François Combe au premier plan
Volkrange
Beuvange
Oeutrange





François Combe avait été Conseiller Municipal de 1977 à 1989. Exclu du parti socialiste pour être entré en dissidence, il avait renoncé à la politique et il envisageait une retraite paisible à s’occuper de ses petits enfants et en faisant quelques voyages en compagnie de son épouse. Mais ce refus de nommer le stade allait ranimer sa flamme et le pousser à éditer un « Petit Journal » pour aborder les problèmes des villages. Il ne lui fallait pas moins d’une semaine pour diffuser lui-même chaque numéro dans les huit villages faisant partie de Thionville.


Aux dernières élections, Bertrand Mertz, le nouveau Maire socialiste, lui a proposé d’être sur sa liste et François Combe a accepté à deux conditions : parce que pas grand chose n’avait été réalisé pour les villages, que soit prévu un budget annuel permettant de rattraper le retard des 40 dernières années et deuxième condition, qu’il soit nommé Adjoint en charge des villages pour pouvoir réaliser ce budget.


Aujourd’hui 4 conseillers municipaux l’assistent dans son travail, Nathalie Swol s’occupe du village d’Oeutrange, Josy-Anne Oestreicher de Garche et de Koeking, Giocondo Cavalière s’occupe de Volkrange, Beuvange et Metzange et Jean-Luc Gonella de Veymerange et d’Elange.

Gilles Thuillet est le responsable technique à la Ville en charge de résoudre les différentes demandes émanant des villages. Il est assisté dans sa tâche par Marie-Julie Salliard.

Depuis maintenant deux ans, beaucoup de choses ont été réalisées et des Conseils Consultatifs de village sont en train d’être mis en place. Ils seront constitués de personnes volontaires concernées par la vie de leur quartier. C’est une façon de rester au courant des projets en cours.




Nombreux sont ceux qui ont travaillé à la Sollac dans la région de Thionville. Sur ce wiki, plusieurs portraits leurs sont consacrés, avec notamment :



article publié sur mon quartier ma ville[1]