Rencontre avec Lia Lars

De Wikithionville
Aller à : navigation, rechercher

Liadessin02.jpg


Lia a 19 ans, elle est Arménienne. Elle est arrivée en France avec ses parents en fin d'année 2012. Elle vient de Gyumri, la seconde ville d'Arménie après Yerevan la capitale. C'est la ville des Arts selon elle.

Très jeune, Lia a appris la musique. Pendant cinq ans elle a appris à jouer du Kanon, l'instrument traditionnel arménien, mais aussi le piano pour sa dimension plus internationale.

Mais ce que préfère Lia, c'est les Arts plastiques, le dessin et la peinture surtout. A 12 ans, après être sortie de l'école de musique, elle est entrée à l'école de dessin. Une école publique des Arts qui propose un diplôme en quatre ans. Mais Lia a obtenu le diplôme en un an seulement, du fait de ses compétences déjà acquises au sein de sa famille. Lia dessine depuis qu'elle est toute petite. C'est une famille d'artiste du côté de son père, explique-t-elle, et c'est sa tante qui lui a transmis l'Art et le goût du dessin.

Elle a continué le dessin à la faculté pendant trois ans jusqu'à son arrivée en France. Ici, Lia aimerait intégrer une école des Beaux-Arts, mais celles-ci lui répondent qu'elles ne peuvent l'accepter car Lia ne maîtrise pas bien le français.


Atelierrecette04.jpgAtelierrecette07.jpgAtelierrecette11.jpg


Alors Lia va aux ateliers du Centre « Le Lierre » avec sa maman pour apprendre à parler français. Et, en attendant, elle suit également un atelier peinture au Centre Culturel « Jacques Brel ». C'est une activité qu'elle apprécie car le professeur, Christian ROY, les conseille et transmet ses connaissances. De plus, une exposition collective est prévue pour cet été.

"Lia est douée pour les portraits" dit sa mère en montrant des dessins réalisés au crayon. Son professeur lui a proposé un exercice qui consistait à sortir dans la rue et pour dessiner les visages des passants au hasard.

Elle aime peindre des paysages plutôt exotiques. Des soleils couchants en Afrique, par exemple. Ou encore des scènes de la Bible, car Lia et sa famille sont chrétiens, et la religion est très présente dans son pays.

Elle s'inspire plus de son imagination que du réel, reconnaît-elle. Lia travaille actuellement à une série sur le Jazz. C'est une musique qu'elle affectionne particulièrement. Elle représente les musiciens et leurs instruments. Elle écoute la musique quand elle peint et essaye de retranscrire ses émotions.



Retour à la page projet : Femmes au pluriel : un autre regard sur le territoire (2012-2013)


Cette action est cofinancée par le Fonds européen d'intégration FEI.png