Ateliers Conte

De Wikithionville
Aller à : navigation, rechercher

Durant leurs rencontres avec Julie ANDRE, conteuse professionnelle, les dames ont évoqué leurs histoires et anecdotes autour du thème de la mer. Elles ont pu se souvenir des contes de leurs pays et se rendre compte que l’on partage bien souvent les mêmes récits ou qu’ils se ressemblent.

Julie a procédé à une « collecte ». Prenant une histoire par-ci, une expression ou un souvenir par-là, elle a composé un conte original qui s’inspire de toute cette matière. La mer, c’est une invitation au voyage et aux souvenirs. Elle a un fort pouvoir d’évocation et a d’ailleurs bien souvent été racontée ou chantée. Pour s’inspirer, les dames ont ainsi pu découvrir des textes célèbres comme « La mer » de Charles Trenet.

Voici quelques extraits du conte qui a été réalisé pour une présentation en public.

Conte2.jpg


Il y a longtemps, très longtemps, la mer recouvrait la terre de Thionville et la haute tour de brique était un phare qui éclairait les voyageurs, un phare avec un gardien qui collectait toutes les histoires venues de la mer. Aujourd’hui, la mer n’est plus là, mais il reste le phare et des histoires portées par le vent qui ont traversé la mer depuis différents pays comme l’Albanie, l’Arménie, l’Algérie, le Maroc, ou encore le Congo. Et si l’on prête bien l’oreille et que l’on sait ouvrir son cœur, on peut entendre certaines de ces histoires venues d’ailleurs.

D’où que l’on soit, la mer et son imaginaire parle à chacun :

Karine : « J’ai un peu peur de la mer car je ne sais pas nager, mais je trouve que c’est romantique. »

Raimunda : « La mer me rend nostalgique. J’ai habité presque 18 ans au bord de la mer. J’aime les vagues et j’aime me promener le long de la mer. J’allais sur la côte quand j’étais stressée et j’étais très contente de voir les bateaux rentrer et sortir du port. »

Rezanna : « Quand je m’assieds à côté de la mer, je sens quelque chose d’étrange, de magique. J’aime son odeur, sa couleur. Quand on regarde la mer on se sent apaisé et libre. »

Lorette : « Pour moi, la mer c’est la vie. La mer donne la paix. »

Aïcha : « J’aime la mer, pour moi c’est tout. J’ai passé toute mon enfance au bord de la plage, près d’Agadir. Mon père adorait la pêche et il nous emmenait pêcher ; on ramenait des coquillages, des moules. Et comme les français adorent les coquillages, on leur échangeait parfois contre du fromage ! »


Conte1.jpg

Proverbes abordés lors du collectage :

  • Proverbe albanais cité par Raimunda : « Qui vit près de la mer, vit comme un roi »
  • « La mer est un espace de rigueur et de liberté. » (Victor Hugo)
  • « Homme libre, toujours tu chériras la mer. » (Baudelaire)
  • « De même que le fleuve retourne à la mer, le don de l’homme revient vers lui. » (Proverbe chinois)


Conte.jpg

Autres collectages « non écrits » qu’il est possible d’utiliser :

  • Un peintre arménien, qui peint uniquement des tableaux représentant la mer, cité lors du collectage : Ayvazovski
  • Chanson albanaise de Kozma Dushi : « Njé Kitare buze detit » (« une guitare au bord de la mer »)
  • Le « conte du petit poisson d’or » raconté par Rezanna ; ce conte existe dans différents pays autour de la Méditerranée.


Découvrez le conte lu par les dames :


EmbedVideo received the bad id "x2b6g6f" for the service "dailymotion".


Retour à la page projet : Femmes au pluriel : un autre regard sur le territoire (2013-2014)



Cette action est cofinancée par le Fonds européen d'intégration FEI.png