Espéranto

De Wikithionville
Aller à : navigation, rechercher

Banneresperanto.gif


Espéranto ?

L'Espéranto la langue internationale pour aller au bout du monde.

Langue neutre, elle n'appartient à aucune nation mais à tous les peuples. Celui qui la parle peut rencontrer beaucoup de monde en voyageant, lors de festivals, de rencontres ou même par correspondance et aujourd'hui sur de nombreux sites internet.

L'espéranto, tout le monde peut l'apprendre
Des règles de grammaire sans exceptions
Aucun verbe irrégulier
Des racines que l'on retrouve dans de nombreuses langues
Des familles de mots faciles à construire et à retenir
Un vocabulaire riche, précis et nuancé
Des règles de prononciation très simples
Donc une langue beaucoup plus rapide à apprendre que toutes les autres !
Et si vous voulez apprendre d'autres langues, l'espéranto vous y aidera !

L'espéranto, une vraie culture vivante

Logo EO THIONVILLE-2.PNG

L'espéranto vit pleinement pendant les festivals, rencontres et congrès organisés tout au long de l'année dans de nombreux pays. Des troupes de théâtre, des chanteurs, des groupes de musique s'y produisent. C'est aussi l'occasion de découvrir les derniers disques compacts en espéranto. Se réunir, danser, discuter, rire, échanger des idées dans une ambiance vraiment internationale.


Programme 2012/2013 des activités d'Espéranto Thionville

RL-12-10-2012.jpeg
Assemblée générale le jeudi 4 octobre à 18H00 à la maison de quartier Jacques Prévert à Thionville

Cours d'espéranto à Thionville pour débutants :
Maison de quartier Jacques Prévert. Chaque jeudi de 18H00 à 20H00 sauf vacances scolaires à partir du 11 octobre. Animateur Antonio QUIJADA.

Cours de perfectionnement d'espéranto à Nilvange :
Maison Pour Tous. Chaque mercredi de 20h00 à 21h30, même pendant les vacances scolaires à partir du 7 octobre. Animateur Bruno HENRY.

Initiation a l'espéranto pour enfant à Flévy :
Animée par Marcel REDON à partir d'octobre.

Réunions mensuelles à la Maison de quartier Jacques Prévert à Thionville :
Une fois par mois de 18H00 à 20H00 sauf vacances scolaires à partir du 11 octobre. Le but est de pratiquer l'espéranto, s'informer et préparer de nouvelles activités.
Les 04/10/2012 ; 15/11/2012 ; 13/12/2012 ; 10/01/2013 ; 14/02/2013 ; 14/03/2013 ; 11/04/2013 ; 16/05/2013 ; 13/06/2013.

Fête des droits de l'Homme Samedi 6 Octobre à la salle municipale de Veymerange à partir de 18h00 : exposition, tables associatives suivi d'un concert du groupe « Carmellon and the Pepepino » en soirée. Organisée par la LDH.

Forum des associations « Bien vivre son temps libre » samedi 20 octobre place de la Liberté àThionville de 10H00 à 18H00.

« Zamenhof Festo » 15 décembre 2012 :
Avec l'association « Luksemburga Esperanto Asocio », restaurant quartier Gare de Luxembourg.

Soirée musicale avec Mikaël BRONSCHTEIN barde russe au Gueulard de Nilvanger le 29janvier 2013 à 20H15 avec le concours du Forum des Citoyens de Nilvange.

Livre vivant dans les médiathèques de Nilvange, Thionville et Cattenom en avril 2013.


Stage Eo Nilvange 2012.jpg
5ème Stage d'Espéranto de printemps du 8 au 13 avril 2013 à Nilvange :
Organisés par Espéranto Thionville et l'Association Française des Cheminots pour l'Espéranto au château de Nilvange :
Cours débutant, perfectionnement et conversation, visite de la région, films, diaporamas, et conférences.

Stand Espéranto au Festival JazzPote début juillet 2013 à Thionville.

Contact : 09 52 28 15 98 – 06 77 85 53 01
courriel : esperanto-thionville@laposte.fr
site web Espéranto-Thionville


VORKUTA : le charbon du Goulag

MIKAEL BRONSCHTEIN,
écrivain poète chanteur russe espérantophone

Mardi 29 Janvier à 20h15

Café Le Gueulard à NILVANGE
22 rue Clémenceau
organisé par

Espéranto–Thionville - Le Forum des Citoyens de Nilvange et Le Gueulard
entrée libre et traduction assurée
ne pas jeter sur la voie publique


Résumé de la conférence

Voici Vorkuta (60mn)

Dans les années trente du siècle dernier, des géologues ont trouvé du charbon de qualité près de la rivière Vorkuta au-delà du cercle Polaire. Le charbon, nécessaire à l'industrie nationale, a fait de cette région nordique une partie du Goulag de triste mémoire ; la voie férée et les premières mines de charbon lancées là coûtèrent des milliers de vies humaines. Le conférencier, qui a lui-même travaillé dans ces mines pendant neuf ans, présentera un récit riche de contenu, accompagné de ses propres chants et diapositives de cette région loin de tout.


Conférence diaporama et chants de Mickaël BRONSCHTEIN barde russe espérantophone

le Mardi 29 Janvier 2013 à 20h15 au Gueulard
14 rue Clémenceau
57240 NILVANGE tél : 03 82 85 50 71
Organisée par Espéranto-Thionville, le Forum des Citoyens et le Gueulard de Nilvange.


À propos du conférencier...

Je m'appelle Moïssei Tsalevitch Bronschtein - c'est ce qui est écrit sur mon passeport. Ma mère m'appelait d'habitude Mikaël, et c'est ce nom que j'utilise en Espérantie, outre divers surnoms : Pierre Brune [Ndt : "Bruna Ŝtono" en espéranto, dont la prononciation évoque celle de Bronstein], Brontosaure, Mammouth etc.
Je suis né en 1949, en Ukraine, mais à l'âge de 18 ans, je l'ai quittée pour étudier en Russie, et depuis je n'y ai plus résidé.
Mes études prirent deux directions différentes : l'électricité et le journalisme. Je les terminai en 1972 en étant diplômé des deux. Toutefois, je n'ai collaboré activement dans un journal que pendant ma jeunesse, donc le diplôme de journaliste est resté presque inutilisé. Comme ingénieur en électricité, j'ai occupé divers postes dans la ville de Tirhvin, près de Saint-Petersbourg (Léningrad), ainsi que dans la ville de Vorkuta, au-delà du Cercle Pôlaire. Depuis 1990, de retour à Tirhvin, j'ai occupé un poste de directeur salarié d'une usine de matières plastiques, puis, et jusqu'à ce jour, le même poste dans l'entreprise de construction de villa en bois.
J'ai une épouse, avec qui j'habite à Tirhvin, et un fils adulte, qui réside et travaille à Saint-Petersbourg. L'espéranto est venu à moi en 1962. J'étais venu à lui un an plus tôt sans absolue certitude que nous tomberions amoureux l'un de l'autre, mais cependant en 1962 cela arriva, et l'amour entre la langue Espéranto et moi existe jusqu'à présent.
Comme j'essayais déjà d'écrire des poèmes avant de tomber amoureux de l'espéranto, j'ai naturellement commencé à le faire dans la langue aimée. Après quelque temps, j'ai compris que le public accueille les poèmes avec plus d'attention s'ils sont accompagnés de musique - ainsi sont nées des chansons, dont j'ai écrit et traduit une centaine. En prenant de l'âge, je me suis mis à écrire et traduire aussi de la prose, c'est ainsi que depuis une douzaine d'années sont parus trois CD de mes chants, et quinze livres, parmi lesquels les plus connus sont le recueil d'histoires "Legendoj pri SEJM" (1992) [Légendes du Mouvement des Jeunes Espérantites Soviétiques], le roman "Oni ne pafas en Jamburg" (1993) [On ne tire pas à Jambourg], le livre de lecture pour enfants "Mamutido Miĉjo" (1996) [Michou le petit mammouth], et le recueil de poèmes "Du lingvoj" [Deux langues]. On peut espérer que mon dernier roman "Dek tagoj de kapitano Postinov" [Dix jours du capitaine Postinov], publié il y a quatre mois, trouvera aussi ses lecteurs.
Dans ma jeunesse, j'ai pris une part active aux affaires du mouvement, en tant que dirigeant (et même parfois président) du Mouvement des Jeunes Espérantistes Soviétiques (SEJM). Aujourd'hui, je ne suis pas un activiste, quoique je sois membre de l'Union Russe d'Espéranto et de l'Association Universelle d'Espéranto (UEA). Je me contente d'enseigner la langue, d'écrire des poèmes, des chansons, et de la prose en Espéranto. De temps en temps, je fais des tournées de conférences à divers endroits en Russie et à l'étranger, parce que ces rencontres avec l'auditoire (pas forcément espérantiste) procure du plaisir aux gens comme à moi-même.