Transmettre avec les mots

De Wikithionville
Aller à : navigation, rechercher
  • Dans le cadre de l'atelier multimédia qui se déroule chaque lundi après-midi au Centre "Le Lierre", les dames travaillent sur l'usage des mots, proverbes, dictons ou contes qui nourrissent leur culture.

L'usage de ces formes courantes du langage se retrouve chez chacun de nous sous différentes formes. Pour bien les distinguer, nous en avons déjà recherché les définitions :

- Proverbe n.m. (lat. Proverbium). Court énoncé exprimant un conseil populaire, une vérité de bon sens ou d'expérience, et qui sont devenus d'usage commun. (Petit Larousse) Pour wikipédia : Un proverbe est une formule langagière de portée générale contenant une morale, expression de la sagesse populaire ou une vérité d’expérience que l’on juge utile de rappeler. Les proverbes sont souvent très anciens, à l'origine populaire et par conséquent de transmission orale comme le proverbe africain. Les proverbes appartiennent au patrimoine linguistique d’un pays.[1]

- Dicton n.m. (lat. Dictum). Maxime ; propos sentencieux largement répandu ou devenu proverbial. (Petit Larousse) Pour wikipédia : Un dicton est une expression proverbiale figée, une formule métaphorique ou figurée qui exprime une vérité d'expérience ou un conseil de sagesse pratique et populaire. Le dicton comporte généralement une note humoristique et est souvent régional.[2]

- Conte n.m. (de conter). Récit, souvent assez court, de faits, d'aventures imaginaires. (Petit Larousse) Pour wikipédia : Le mot conte désigne à la fois un récit de faits ou d'aventures imaginaires et le genre littéraire (avant tout oral) qui relate lesdits récits. Le conte, en tant qu'histoire, peut être court ou long. Qu'il vise à distraire ou à édifier, il porte en lui une force émotionnelle ou philosophique puissante.[3]


  • Voici quelques exemples de proverbes ou d'expressions choisis :

D'Albanie : qeni qe leh nuk te kafshon = chien qui mord n'aboie pas.

De Chine : 溢出的水是很难赶上。= L'eau renversée est difficile à rattraper.

Du Maroc : بحث الحمار عندما كنت على = Chercher son âne, quand on est dessus.


EmbedVideo received the bad id "x1mr080" for the service "dailymotion".


  • Ces formes courtes sont symboliques, elles guident dans le quotidien et illustrent des situations que chacun peut connaître.

Les mots choisis sont importants lorsqu'ils sont l'objet d'un récit.

A partir d'un mot, nous avons élaboré un court récit :


La mer par Raimonda

Je choisis la mer car cela me rend nostalgique. J'ai habité pendant presque 18 ans en bord de mer. J'aime les vagues et j'aimais me promener le long de la mer. J'y allais surtout quand j'étais stressée. Je suis très contente quand je vois du monde à la plage et quand je vois les bateaux rentrer et sortir du port .

Une po zgjedh detin sepse per detin kam nje nostalgji te veçante.Une kam banuar per nje periudhe prej 18vitesh afer detit .Me pélqen zhurma e detit,dallget, me pelqen te shetis bregut te detit me largon komplet stresin. Eshte nje kenaqesi e veçante kur shikon plazhin plot me njerez gjithashtu anijet kur hyjne e dalin ne port.


La gare par Xiao Ling

Je suis une élève au Centre social Le Lierre pour parler bien français. Aujourd'hui il fait beau mais il y a du vent, je n'ai pas cours de français. Je veux aller voir une amie. Elle habite à Paris. Je vais à la gare pour acheter un billet de train.


  • De manière à explorer le thème des récits, nous avons chacune choisi un auteur de notre pays d'origine. Nous vous proposons ainsi de découvrir :
- Xiao Ling (Chine) : Qu Yan, et son poème "Tristesse de la séparation". Le titre original de ce texte est "Li Sao".
- Khedidja (Algérie) : Mouloud Feraoun, et son roman autobiographique "Le fils du pauvre".
- Raimonda (Albanie) : Ismail Kadare, et son roman "Le Général de l'armée morte". Le titre original de ce texte est "Gjenerali i Ushtrisë së vdekur".

Grâce à nos recherches, nous pourrons bientôt vous présenter la biographie de ces auteurs, un résumé et des extraits de l'oeuvre choisie et quelques illustrations.




Retour à la page projet : Femmes au pluriel : un autre regard sur le territoire (2013-2014)



Cette action est cofinancée par le Fonds européen d'intégration FEI.png